Qui suis-je et pourquoi cette plateforme ?

Crédit photo : La fille renne

Mon nom et mon parcours personnel importent peu. Je suis une statistique.

Violée par mon petit ami quand j’avais 16 ans, j’ai mis dix ans à verbaliser l’événement, aidée par un groupe de paroles de victimes de violences sexuelles et un entourage miraculeusement à l’écoute. J’ai ensuite décidé de porter cette affaire en justice, j’ai déposé plainte dans un commissariat de quartier, ai été reçue finalement à la Brigade des Mineurs puisque je l’étais à l’époque. Je ne pensais pas avoir besoin d’avocat, je n’en ai pas pris. Je n’ai reçu aucun conseil pendant la procédure, qui se transforma en une violence inutilement incompréhensible.

Seule, bien qu’entourée, mais seule face à cette histoire, ce fardeau dont je ne peux me défaire en le partageant avec quiconque, seule, donc, j’ai essayé de comprendre les différentes étapes du dossier judiciaire. L’expertise psychiatrique obligatoire, les remises en question policières, les paroles un peu légères prononcées, remettant en cause avant même que l’enquête n’aboutisse à la culpabilité de mon agresseur.

Statistique, donc car ce dossier a été, comme une grande majorité, classé sans suite. Là encore, seule, j’ai dû fouiller, relancer, des semaines et des mois durant, afin de pouvoir avoir ce dossier entre les mains, pensant qu’il y aurait une réponse. Il y avait une facture, mais de réponse, il n’y en avait pas. Hébétée, j’ai décidé de ne pas interjeter appel, d’arrêter là les dégâts, sur moi, et de continuer à vivre et à me (re)construire.

J’ai bientôt 30 ans. Je suis une personne, entière, debout, et, quelque part en moi, je suis devenue une statistique. La procédure judiciaire m’a été souffrance. Certains psychologues et psychiatres rencontrés dans mon chemin ont été souffrances. Il y a une solitude qui résonne puissamment assez souvent, le trouble de stress post-traumatique à gérer en espérant trouver la main tendue d’un.e soignant.e formé.e, compétent.e et bienveillant.e.

Cette plateforme solidaire a pour but de partager ce vécu, d’autres vécus, afin qu’il puisse aider quiconque en aurait besoin. Simplifier certaines complexités, administratives notamment, car il y a suffisamment à gérer.

 

Les mentions légales du site sont consultables ici.

Crédit photo : La fille renne

Related posts

Leave a Comment