Déclaration d’intention

image

À la question « qu’est-ce qu’un viol ? », la réponse est, souvent, cette image d’Épinal du type glauque qui suit une femme un peu trop apprêtée, sans doute vêtue de rouge, dans un recoin sombre d’un parking désert et… ellipse. Cette image est si sévèrement ancrée dans nos esprits qu’il semble parfois impossible de croire les chiffres : 83% des personnes subissant un viol connaissaient leur agresseur. C’était un proche. Un compagnon, un ami, un ami d’ami, un membre de la famille. C’est Le Petit Chaperon rouge réécrit de telle manière que le Loup n’est pas un inconnu mais une personne appréciée, à qui l’on sourit, que l’on a, peut-être aussi, invitée chez soi à dîner. La tenue des victimes de viol n’entre pas non plus en ligne de compte, puisque la vie n’est pas une telenovela et qu’à peu près personne ne fait le ménage chez soi en robe de cocktail et talons hauts — et quand bien même, pourquoi pas.

Alors, à la question « qu’est-ce qu’un viol ? », il y a en fait plusieurs réponses. La réponse juridique, le décryptage de celle-ci et, enfin, le ressenti personnel. L’article 222-23 du code pénal pose en effet que

« Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol. »

En clair, toute relation sexuelle non consentie incluant une pénétration est un viol ; une relation sexuelle non consentie n’impliquant pas de pénétration est une agression sexuelle. Ces distinctions ont un impact sur la prescription des faits, notamment. La notion de « consentement » est au centre des interrogations sur le viol. Cette courte vidéo mettant en scène une métaphore sur les relations sexuelles forcées le met en lumière de façon pertinente.

Cependant, en tant que victime de viol, poser les mots adéquats n’est pas suffisant : il s’agit aussi de se demander : Et maintenant, que faire avec ces mots ? Après le viol, quelles sont les options possibles pour les victimes ?

Ce site se veut une base de données la plus complète possible afin d’accompagner les victimes de viol sur le parcours choisi, quel qu’il soit, en mettant en lien les statistiques officielles, les textes de loi et des témoignages afin que chaque choix puisse être le plus éclairé possible. Aucune association ne se place ici ; seulement une solidarité féminine et féministe.

Note : je ne suis ni psychologue, ni assistante sociale, ni juriste. Les conseils rassemblés et proposés ici ne sont professionnels que par l’expérimentation.

Related posts

Leave a Comment